Retrouver légalement les versions gratuites des articles scientifiques

Principes de la veille bibliographique

On peut réaliser une veille ou une recherche bibliographique via des bases de données bibliographiques spécialisées présentes sur les serveurs et agrégateurs, via les sites des éditeurs scientifiques ou encore tout simplement sur le Web ouvert et gratuit (via Google Scholar par exemple). On identifie alors une liste de notices bibliographiques comprenant généralement le titre de l’article, le nom des auteurs ainsi que le résumé et parfois quelques termes d’indexation.

Auteur : Carole Tisserand-Barthole

Le décalage entre l’identification d’une notice bibliographique et l’obtention du texte intégral

Les outils de recherche et bases de données spécialisées payants permettent généralement d'accéder directement à ces articles en texte intégral mais souvent contre monnaie sonnante et trébuchante (généralement entre 20 et 30 euros) bien que ce ne soit pas systématiquement le cas.

Une proportion grandissante d'articles sont néanmoins librement accessibles (en "open access") et certains sont faciles à identifier.

Sinon, pour repérer si un article indiqué comme payant est quand même accessible gratuitement quelque part, il existe des outils gratuits pour cela, parfaitement légaux.

Notons que nous nous intéresserons ici uniquement aux solutions légales et non pas à des solutions qui répertorient et diffusent illégalement une grande partie des articles publiés par les grands éditeurs scientifiques et académiques.

D’autre part, on notera que les éléments de méthodes abordés fonctionnent aussi bien pour les articles scientifiques et techniques au sens strict (Sciences dures, sciences de l’ingénieur, etc) que pour les articles en Sciences Humaines et Sociales. 

Une recherche sur Google ne peut pas faire de mal...

Même si une recherche Google n’est, de loin, pas la meilleure solution pour réaliser une veille ou recherche d’information bibliographique, Google est un incontournable pour vérifier si un article existe en version gratuite sur le Web.

On pensera donc bien à copier-coller le titre exact de l’article scientifique en utilisant les guillemets dans le moteur.

Si aucun article gratuit ne ressort dans les premiers résultats, on limitera les résultats aux fichiers PDF en utilisation la fonction filetype:pdf. Les articles scientifiques en texte intégral sont en effet en très grande majorité disponibles au format PDF.

On pourra également relancer la recherche dans Google Scholar.

Quelques astuces pour repérer un article académique ou scientifique gratuitement

Parmi les autres possibilités, on citera :

  • le site de la revue elle-même qui peut parfois proposer une partie de ces articles en libre accès ;
  • repérer si l’un des auteurs de l’article ne dispose pas d’un site personnel où il rend accessible gratuitement l’ensemble de ses publications ou si le laboratoire ou organisme auquel il est rattaché ne fait pas de même ;
  • explorer les moteurs de recherche dédiés à l’Open Access
  • Les réseaux sociaux scientifiques où les chercheurs partagent parfois leurs publications.
    Voir notre article « Veille et recherche scientifique 2.0 : au-delà des ressources classiques » (BASES n°296 – Septembre 2012). L’article date de 2012 mais un certain nombre des outils cités existent toujours ;
  • Les plugins Chrome ou Firefox comme Unpaywall ou Oadoi.org qui permettent de savoir sur la référence d’un article s’il existe en version gratuite quelque part.

Pour plus d’information sur ce sujet, nous vous invitons à lire ou acheter le dernier numéro de BASES (N°350 – Juillet/Août 2017) dont la Une s’intitule: « Accès à la littérature scientifique : les voies de l’ «open access ». Un panorama des solutions pour l’accès gratuit et payant aux références d’articles scientifiques ainsi qu’aux articles en texte intégral est proposé ainsi qu’une réflexion autour de la notion de piratage dans l’accès aux documents scientifiques.

Que faire lorsque l’on n’arrive pas à identifier le texte intégral d’un article scientifique ?

Lorsque l’on n’arrive pas à mettre la main sur un article scientifique en texte intégral, que ce soit en version payante ou gratuite ou si l’on manque de temps pour ce type de recherche, il est recommandé de faire appel à des professionnels ou de recourir à des services de fournitures de documents.

L’éternel débat des prestations payantes pour accéder à des ressources en libre accès

Depuis des années, il existe un débat qui divise les professionnels de l’information : Est-il légal et juste de faire payer pour l’acquisition d’un article scientifique alors que ce même article peut se retrouver gratuitement sur le Web ?

C’est justement autour de cela que tournait le débat autour du service de fournitures de documents Refdoc de l’INIST qui a finalement fermé ses portes en 2014 pour finalement rouvrir pour le public du CNRS uniquement.

Car si un article scientifique peut effectivement se retrouver gratuitement sur le Web, la recherche elle-même a un coût, notamment en termes de temps humain, et requiert, dans certains cas, des compétences pointues et une connaissance du secteur pour parvenir à son identification.

Car finalement, rien ni personne n’empêche l’internaute de vérifier par lui-même avant son achat si l’article existe en version gratuite...

Pour en savoir plus sur les prestations professionnelles que nous pouvons vous proposer, nous vous invitons à consulter nos pages détaillant nos différentes offres de veille scientifique et technologique.

Imprimer Suggérer la page

Nos bureaux

plan bureaux

Des partenaires dans le monde

monde action

Communication

Nous contacter

FLA dans la presse

FAQ (foire aux questions)

Mentions légales

Plan du site web