NOUVEAU NETSOURCES : La veille et la recherche d’information à l’heure de la recommandation de contenus

Au sommaire du dernier numéro de NETSOURCES (n°132 – Janvier/Février 2018)

  • PANORAMA - La veille et la recherche d'information à l'heure de la recommandation de contenus (dossier de 11 pages)
  • COMPTE-RENDU DE SALON / CONFERENCE - L'intelligence économique et ses enjeux pour les entreprises françaises

Vous pouvez acheter ce numéro  de 16 pages pour 35 euros TTC en nous contactant à l’adresse suivante :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Comment bien interroger Google en 2018 ?

Dans notre précédent article intitulé « Google évolue : les documentalistes plus utiles que jamais », nous faisions le constat que Google affiche toujours moins de résultats et ce, quelle que soit la requête, et alors que son index ne cesse pourtant de s’accroître.

Certes, il annonce dans un premier temps des centaines de milliers voire des millions de résultats mais, en se rendant sur la dernière page de résultats, on constate que le nombre de résultats ne dépasse pratiquement jamais les 500.

Pour preuve, nous avions réalisé en 2011 une recherche sur les masques respiratoires. A l’époque, une requête sur l’expression masque respiratoire permettait de visualiser plus de 1 000 résultats dans Google. Aujourd’hui, la même requête n’en génère que 183.

Aujourd’hui, peut-on encore bien interroger Google ? Comment peut-on optimiser sa recherche sur le moteur ? Ou bien faut-il admettre que toute recherche sur le moteur sera par principe erratique ?

Google évolue : les documentalistes plus utiles que jamais ?

A l’origine, les moteurs de recherche comme Google, Bing ou encore Yahoo permettaient de voir s’afficher tous les résultats citant les termes d’une requête, à condition bien sûr que les pages soient bien présentes dans leurs index.

Les moteurs de recherche visaient l’exhaustivité du Web ouvert là où les annuaires opéraient déjà une sélection.

Les moteurs offraient une bonne vision d’ensemble des contenus gratuits présents sur le Web là où les outils de recherche et de veille professionnels tiraient leur épingle du jeu sur les contenus payants ou des fonctionnalités de recherche plus sophistiquées.

Mais aujourd’hui, recourir à Google en pensant pouvoir accéder à la majorité des pages Web et contenus Web gratuits citant les termes de sa requête est un leurre.

En effet, quelle que soit la requête, Google, Bing et les autres n’affichent pas l’intégralité des pages correspondants à la requête. Ils opèrent une sélection des pages présentes dans leurs index.

Et cela a des conséquences importantes pour la veille et la recherche d’information.

"Featured snippets" et "intelligent answers": Google et Bing vont-ils vraiment répondre à tout ?

Depuis maintenant quelques années, Google propose sur la première page de résultats et, pour certaines requêtes seulement, des featured snippets, appelés en français extraits optimisés même si le terme français est beaucoup moins utilisé.

Qu’est ce qu’un featured snippet ?

Affiché dans un cadre spécifique et au-dessus des résultats dits « naturels », en « position 0 », il constitue une réponse à la question posée par l’internaute et est extrait directement d’une page Web.

Ainsi, si vous demandez à Google « qu’est-ce que la veille stratégique ? », un encadré apparaît au dessus des résultats naturels contenant une définition de la veille stratégique issue de la page Wikipédia du même nom. Il n’est ainsi même pas nécessaire de se rendre sur cette page Web pour avoir la réponse à sa question. Du moins, en principe...

Est-ce que ces résultats apporte une réelle valeur ajoutée et un gain de temps pour la recherche d’information ou bien au contraire représentent-ils un pas de plus vers la mort des moteurs de recherche et l’avènement de l’ère de l’assistance ?

Vous souhaitez recevoir nos astuces et nos conseils de veille ?

Inscrivez-vous à notre newsletter  

Espace membres

Partenaires dans le monde

partenaires monde

Nos bureaux

plan bureaux